Pound Fitness

Modalités d’inscription :

– Adhérer au Patro de Notre-Dame : cotisation annuelle de 15 euros ouvrant droit à d’autres avantages comme l’atelier Zumba, l’atelier théâtre, obtenir des réductions dans les commerces, obtenir l’abonnement annuel au basket.

– Fournir un certificat médical autorisant la pratique du Pound

– Les cours sont vendus par carte de 5 d’un montant de 20 euros soit 4 euros le cours.

– Un tapis de gymnastique (modèle basique) est recommandé.

– Les ripstiks sont à acheter soit par l’intermédiaire du club soit individuellement

Mais le Pound c’est quoi ?

Voilà ce qu’en dit la presse : (extrait d’un article du 20 minutes de novembre 2014)

Surnommé «la rockstar du fitness», l’activité va résonner dès la rentrée…

Le Pound est né du goût du sport, de la musique et la fascination de l’entreprenariat de ses deux jeunes créatrices, Kirsten Potenza et Cristina Peerenboom. Athlètes de haut niveau, elles ont fait du sport toute leur vie et ont touché à tout: patinage artistique, gymastique, pilates et danse… jusqu’à la fin de leurs études où elles ont perdu toute motivation au profit de leur passion pour la musique, particulièrement pour la batterie.

«Le miracle s’est produit le jour où Kirsten jouait sans siège et a réalisé que les mouvements étaient similaires aux pilates… L’aventure est partie de ce constat, explique Cristina. On pouvait allier fitness et musique!» Elles se sont alors mises à tester tout ce qu’elles savaient efficace. «On passait huit à neuf heures par jours à essayer des mouvements, des enchaînements. On s’est beaucoup amusées, raconte Cristina aux journalistes venues tester l’activité. A tel point qu’on s’est demandées comment on pourrait le structurer pour le partager avec d’autres personnes dont la motivation se serait essoufflée.» C’est ainsi qu’elles ont licencié leur discipline et qu’elles l’ont proposée aux meilleurs clubs à travers les Etats-Unis… et en France aujourd’hui.

Mélange de cardio, pilates, danse, musique…

Le Pound se pratique donc avec des bâtons appelés Ripstix qui ressemblent à s’y méprendre à des baguettes de batterie. Concrètement, le cours consiste à marquer le rythme de la musique («à fond de préférence» plaisantent-elles) avec ses Ripstix pour accompagner les mouvements. Pour un squat, il s’agit de taper ses Ripstix au dessus de la tête, puis de frapper le sol en pliant les genoux, le dos bien droit et les fesses vers l’arrière.

Durant la séance, on travaille les muscles en isométrie, c’est-à-dire en maintenant une pose un long moment, et comme aux pilates en travaillant plusieurs angles. Gardons l’exemple des squats en position fléchie: après avoir frappé le sol entre les jambes, on se penche vers la droite pour frapper le Ripstix droit derrière la jambre droite, on se redresse pour frapper au milieu, puis à gauche… Le public travaille également les muscles en pliométrie, soit des mouvements de flexion-extension explosifs, toujours accompagnés des Ripstix pour garder le rythme.

…et beaucoup de fun!

Et plus le rythme de la musique est rapide, plus la chorégraphie stimule le cœur. Je vous laisse imaginer mon état à la fin de « Killing in the name » de Rage against the machine: cinq minutes d’up tempo avec quelques secondes de down tempo dont on profite pour récupérer… On appelle cela de l’interval training et il n’y a rien de plus efficace pour brûler des calories et sculpter son corps.

Mais le gros plus du Pound, c’est son aspect ludique. D’ordinaire, j’ai horreur des exercices cardio, et je n’hésite pas à faire de longues pauses pour retrouver mon souffle. Cette fois, je m’éclatais tellement à suivre les chorégraphies avec les Ripstix que je n’y ai même pas prêté attention! Rockout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook